English


Les écrans cathodiques d'ordinateurs,
TV et jeux vidéo présentent-ils
un risque pour votre santé?

Radiations électro-magnétiques pulsées des écrans cathodiques

Blank VDTLe fonctionnement des écrans de télévision, d'ordinateurs et des jeux vidéo est basé sur le même principe: à l'image d'un fin jet d'eau projeté sur un mur, un faisceau d'électrons accélérés balaye la surface fluorescente de l'écran où il dessine, point par point, une image lumineuse. Cela ne poserait pas de problème si l'énergie des électrons se limitait à fournir l'image. En réalité une partie de cette énergie s'échappe sous forme de champs de radiations à fréquences variées, notamment des fréquences basses et extrêmement basses (connues plus communément par leur acronyme anglais VLF - Very Low Frequency - et ELF - Extremely Low Frequency).

En effet, le spot d'électrons qui balaie l'écran engendre ce que les scientifiques appellent des REMP (Radiations Electro-Magnétiques Pulsées) qui, à courte distance, perturbent l'équilibre des cellules vivantes. Les effets nocifs ont été constatés tout autour de l'écran et particulièrement dans une zone de 110° devant et derrière le tube image, effets qui persistent plusieurs heures après l'extinction de l'écran (ordinateur ou télévision).

Or, la sensibilité des appareils de mesure issus de la technologie actuelle est considérablement inférieure à celle des cellules vivantes (une différence de 10-9, c'est-à-dire un facteur d'un milliard). Dès 1991, le Professeur Carl Blackman (USA) demandait la reconnaissance des résultats obtenus sur “modèles biologiques”, les seuls à être assez sensibles pour démontrer la nocivité des REMP produites par les écrans cathodiques sur les êtres vivants.


Devons-nous nous protéger des écrans d'ordinateurs et de télévision?

Se pourrait-il que l'écran cathodique soit l'un des grands responsables des maux de notre civilisation moderne? Fatigues inexplicables de l'adulte, troubles neuro-psychologiques, absentéisme accru en entreprise, chutes de productivité au travail, diminution des capacités de concentration et de mémorisation, agressivité et retards scolaires chez les enfants, augmentation des cas de dyslexie, baisse de la spermatogenèse, affaiblissement du système immunitaire...

Médecins, scientifiques, politiciens, enseignants et parents s'inquiètent aujourd'hui du rôle majeur joué par les écrans cathodiques dans notre environnement quotidien, tout particulièrement à l'égard des enfants. Nous vivons à l'ère des satellites, des téléphones portatifs et des réseaux de cables où l'ordinateur est roi. Malgré la popularité toujours croissante de l'Internet, de plus en plus accessible par de plus en plus de couches de la population, et malgré les risques corollaires des écrans à tubes cathodiques reconnus par les scientifiques, le fait qu'ils puissent être la source d'effets nocifs pour la santé n'est que rarement mentionné, et le plus souvent simplement ignoré.


Et vous?

Si vous travaillez face à un écran d'ordinateur, si vous regardez souvent la télévision (ou si vous laissez vos enfants passer de longues heures à regarder la télévision et à jouer à des jeux vidéos), et si certains des symptomes mentionnés ci-dessus vous semblent familiers, EMF-Bioshield® est la solution qui vous permettra de vous protéger.

En effet, il vous faut savoir que:

1. Les radiations électromagnétiques pulsées (REMP) des tubes cathodiques traversent absolument tout: parois, plomb, corps humain, filtres d'écran, etc.

Graphique montrant la double bulle de rayonnements2. Un écran cathodique irradie jusqu'à 8 fois sa diagonale, plus fortement dans un cône de 110° devant et derrière l'écran. Cela signifie que si vous faites face à votre propre ordinateur et que celui d'un de vos collègues est placé directement derrière vous, vous êtes irradié des deux côtés.

3. Un écran allumé et ensuite éteint peut irradier encore pendant plusieurs heures, même si l'on retire la prise de courant.

4. De ce fait, il est fortement recommandé de ne pas placer un écran non protégé dans une chambre à coucher, une chambre d'enfant, un lieu de travail, un véhicule, derrière une paroi où se trouve un lit ou un bureau, un lieu de séjour, une chambre d'hôpital, etc.

5. Dans tous les cas ci-dessus, la meilleure solution à tous égards (santé et économie) est de vous protéger en installant le système EMF-Bioshield® sur chaque écran (ordinateur et télévision) à votre domicile ou au bureau.


Impact sur nos cellules

Chez les personnes adultes qui passent plus de quatre heures par jour en présence rapprochée d'un écran vidéo non-rotétégé, une série de troubles est régulièrement constatés. Ils peuvent se résumer par: stress, maux de tête, nervosité, agressivité, sommeil perturbé, fatigue oculaire, troubles de la vue, lassitude générale inexplicable, diminution de la productivité et de la résistance immunitaire naturelle, baisse de la libido, perturbation du cycle menstruel de la femme, risque de fausses couches, troubles endocriniens, baisse de la réussite scolaire, de la concentration et de la mémorisation chez l'enfant impubère dès la 40e minute d'exposition, etc.

Plus inquiétant encore: l'exposition aux REMP semble être l'une des causes de l'altération de la spermatogenèse. Sur des rats impubères, il a été démontré qu'après exposition aux radiations d'écrans cathodiques, leur développement neuro-endocrinien était fortement affecté, que beaucoup d'adultes étaient stériles.

Une expérimentation menée en 1998 en Europe et publiée dans le compte-rendu annuel de l'IEEE/EMBS de la même année a montré que des cultures de tissus testiculaires humains exposées à un écran cathodique d'ordinateur récent “Low Radiation” ont une apoptose (mortalité) et une sclérose (dégénéresence) cellulaire augmentée de 300% en 24 heures par rapport à une culture témoin de mêmes tissus humains non exposée, de même que par rapport à une même culture exposée à un écran similaire équipé du système de protection EMF-Bioshield®.

Dans les années 50, le souci principal de nombreux couples éait de ne pas avoir trop d'enfants. Aujourd'hui, de nombreux couples font face au problème inverse parce qu'ils ne peuvent pas concevoir. L'une des raisons de ce drame pourrait bien être liée à une exposition quotidienne excessive aux REMP créées par les écrans des ordinateurs et des postes de télévision.


Les preuves scientifiques

Graphique montrant le blocage de l'adrenalineEn 1984, les professeurs Johansson et Aronsson (Suède) ont démontré qu'après 4 heures passées devant un écran allumé, la courbe normale d'excrétion d'adrénaline (hormone de stress) s'inverse chez l'humain adulte. Tout se passe comme si le corps retient son adrénaline pour tenter de faire face à l'agression des REMP. Ces chercheurs ont donc découvert que l'utilisateur d'écran est placé “sous stress” dès la moité de la journée, sans compter les dérèglements hormonaux découlant de la saturation d'adrénaline. Ces travaux avaient été publiés par l'Organization Mondiale de la Santé (OMS) en 1987 déjà.

En 1986, le professeur Mikolajczyk (Pologne) démontra que le personnel féminin de la compagnie aérienne polonaise LOT exposé aux REMP des terminaux d'ordinateurs souffrait d'un accroissement de 125% de fausses couches comparé au personnel féminin non exposé aux rayonnements des écrans d'ordinateurs.

En 1988 le magazine français Le Point publia un article sur les travaux du Dr. Marilyn Goldhaber, de l'Institut Kaiser Permanente en Californie. Dans sa recherche, elle suivit 1.783 femmes pendant 3 ans et constata une augmentation de 100% de fausses couches chez celles qui passaient plus de 20 heures par semaine devant un écran d'ordinateur ou de télévision. L'article ajoutait que leurs enfants souffraient de 40% de défauts génétiques de plus que la moyenne “normale” des personnes ne travaillant pas devant un écran.

Couverture de Macworld, juillet 1990En juillet 1990, le magazine américain Macworld publia 19 pages sur le sujet des REMP émis par les écrans à tubes cathodiques dans deux articles: “Votre ordinateur est-il en train de vous tuer?”, et “Les dangers des champs magnétiques”.

En août 1998, un groupe de chercheurs à l'Institut National de l'Environnement et de la Santé (NIEH en anglais, USA) étudia les effets sur la santé des champs électromagnétiques à très basses fréquences (PEMR ELF/VLF 50/60 Hz) sur demande du Congrès américain. Leur conclusion est qu'il s'agissait là d'une cause possible d'effets cancérigènes sur les êtres humains.


Quelles sont les responsabilités?

Principe de précaution: “Face à des risques de dommages graves et irréversibles, on ne peut attendre d'avoir toutes les certitudes scientifiques pour prendre des mesures. C'est pourquoi le principe de précaution énonce que l'absence de certitude ne doit pas retarder l'action.” (Journal du CNRS, France, [Centre National de la Recherche Scientifique], février 1998.)

Même si le public ne mesure pas encore l'ampleur du problème, les compagnies d'assurance, elles, ont bien compris l'urgence de la situation face aux champs électromagnétiques et ont d'ores et déjà pris certaines mesures pour se protéger contre de futures plaintes et contre des conséquences juridiques.

En 1997, la Suisse de Ré, le premier réassureur mondial, a édité une plaquette de 40 pages intitulée Les Champs Electromagnétiques, un risque fantôme”.

Des extraits tirés de cette publication donnent une idée de la position des assureurs et des assurés pour ce qui est de la responsabilité civile des employeurs:

“On soupçonne le brouillard électronique (nommé parfois electrosmog) de provoquer ou de favoriser le cancer ou d'autres maladies. Mais la plupart des gens estiment que les producteurs d'électricité ou d'appareils électriques ne pourront être déclarés responsables tant que l'on n'aura pas scientifiquement établi un lien de causalité direct, à savoir la preuve que les champs électromagnétiques (CEM) de faible intensité ont une incidence néfaste sur l'organisme humain. La présente publication débouche sur la conclusion opposée. Elle montre que l'on doit dès à présent s'attendre, sur la base des connaissances actuelles, à ce que les juges tranchent en faveur des requérants” [p. 4]

“Si ces intérêts triomphent, les plaintes en responsabilité civile - en cours ou à venir - du fait des CEM pourraient se terminer favorablement pour les requérants et avoir des conséquences fatales pour les assurances. Il faut déjà s'attendre à des coûts de défense faramineux.” [p. 5]

“Concrètement, les assureurs doivent s'efforcer de maîtriser les risques qui résultent du passé et concevoir, de façon créative et concertée, la maîtrise des risques responsabilité civile à venir. La première et la plus urgente des mesures à prendre est de limiter ses propres sinistres. Cela signifie, pour l'assureur, qu'il doit revoir les contrats existants. ” [p. 36]

“Il serait bon que, de leur côté, les industriels comprennent que les assureurs ne peuvent pas assumer n'importe quel risque.” [p. 37]


Une protection fiable existe

Le système de protection EMF-Bioshield® a été mis au point après de nombreuses années de travail et de recherche sur la sensibilité de modèles biologiques exposés aux REMP. En couronnement de dix ans de recherches, EMF-Bioshield® est aujourd'hui le seul système de protection au monde qui bénéficie de 46 communications scientifiques publiées par les comités de sélection de 16 congrès scientifiques et médicaux internationaux majeurs. De plus, EMF-Biohield® est le seul système de protection dont le fabricant a reçu la qualification ISO 9001: 2000 pour ses recherches, développement, production et innovations technologiques. Ce dernier a en outre été retenu comme exposant sélectionné dans le Pavillon Suisse du Salon International “TELECOM ITU Genève 2003”.

Le système EMF-Bioshield®, composé de deux mini-sphères de polypropylène blanches à coller sur le cadre de l'écran, utilise les propriétés de résonance électro-magnétique d'oxydes de terres rares (lanthanides, masses 58 à 71 du tableau de Mendeleiev). Comme en acoustique, où il est aisé de créer du silence en recyclant les mêmes sons à annuler, inversés en phase, les éléments contenus dans les mini-sphères EMF-Bioshield® opposent aux fréquences biologiquement nocives des fréquences de même forme et amplitude, également inversées en phase. Le résultat est ce que l'on appelle une résonance à contre-phase qui élimine toute nocivité biologique. EMF-Bioshield® est ainsi le seul système de protection agissant d'une manière globale, garantissant la sécurité des utilisateurs d'écrans en entreprise et dans les familles, quels que soient l'emplacement et la taille de l'écran.

Première page | Un risque pour la santé? | Comment ça marche? | Recherches | Publications | Questions & réponses | Pour commander | Pour nous contacter

Copyright © S.E.I.C. - Suisse